L’entrepreneuriat peut sembler inaccessible pour beaucoup de Français. Un chemin osé qui sort des sentiers battus. Pourtant, c’est une forme d’accès au travail. Au lieu de chercher un CDI, l’entrepreneur va créer son propre emploi. Un choix de vie pas toujours évident, mais passionnant. Les Français connaissent-ils vraiment cette option ? Souvent, ils l’appréhendent, mais est-ce pour les bonnes raisons ?

PARTAGER SON EXPÉRIENCE 

Depuis plusieurs années, je suis les actualités de l’association 100 000 entrepreneurs. Son objectif : développer l’esprit d’initiative et l’envie d’entreprendre en France. La méthode est simple et efficace. Ils font intervenir des entrepreneurs dans des collèges et lycées pour rapprocher l’école de l’entreprise et encourager les jeunes à réaliser leurs ambitions.  En ce début 2018, j’ai décidé de tenter l’aventure.

LE TRAC 

Enthousiaste et impatiente, je sélectionne une date d’intervention et un arrondissement. Ce sera le Collège Pierre Mendes France dans le 20ème.  Je reçois la confirmation et les précisions : j’aurai face à moi pendant deux heures deux classes de 3ème, dont une classe de Segpa. La pression commence à monter. Vais-je être à la hauteur ? Vais-je trouver les mots pour intéresser les élèves ? Moi qui pourtant n’ai pas de difficultés à prendre la parole en public, me voilà désorientée par une future tribune d’adolescents. Pour préparer mon intervention, je m’appuie sur les guides et tutoriels de 100 000 entrepreneurs, très bien conçus pour construire une trame à personnaliser.  Détails de mon parcours, définition de l’entrepreneuriat, exemples divers, enjeux, risques, quotidien… Je prépare mon intervention pour ne rien oublier et trouver les mots justes. Je suis le conseil de l’association : susciter l’échange et l’interaction. Malgré ma préparation, le stress ne redescend pas.

RETOUR AU COLLÈGE 

Sac sur le dos, je passe les grilles du collège. Une vague de nostalgie me submerge et me rappelle comme cette époque commence à dater. Difficile de me rappeler quelle était ma vision de l’avenir quand j’avais 14 ans. Mais quelle sera la leur ? Rendez-vous à la salle polyvalente ou élèves et enseignants m’y attendent. Trempée par la pluie, je fais la rencontre des professeurs, et des premiers élèves présents. « Bonjour Madame Poussin » Ils rechignent à retirer leurs manteaux, et encore plus à se mettre au premier rang. Quelques Wesh par ci par là et ils finissent par céder aux ordres de leur professeur. Quelques minutes plus tard, me voilà face à une trentaine d’élèves. C’est parti pour deux heures d’échanges, entrecoupés tout de même d’une récréation pour eux, et d’un café dans la salle des profs pour moi. Objectif : leur montrer que l’entrepreneuriat est à leur portée. L’authenticité et les interactions font rapidement disparaître mon trac, et le leur. Un noyau dur participe, le reste écoute, plutôt attentivement.

SEMER DES GRAINES 

Au départ, ils avaient pour seuls exemples d’entrepreneurs des rappeurs, des footballeurs, ou Steeve Jobs. Après ces deux heures, ils ont compris qu’ils étaient en réalité entourés de personnes qui entreprennent, et que eux aussi, en étaient capables. Dans une ambiance à la fois décontractée et concentrée, nous avons parcouru un monde qu’ils ne connaissaient pas, et ouvert des perspectives qu’ils n’envisageaient pas.

Vous qui êtes entrepreneurs, je vous recommande vivement de participer à cette belle aventure. Nombreux sont les entrepreneurs qui souhaitent changer le monde, à leur échelle. J’en fais partie. Pour cela, il ne suffit pas d’entreprendre, il faut aussi en propager l’envie.

Je vais rapidement réserver une nouvelle cession. Si ça vous tente, c’est par ici : http://www.100000entrepreneurs.com/

Juliette Eskenazi, fondatrice de Poussin Communication.