Qui êtes-vous ? Comment êtes-vous arrivé dans le monde de l’entrepreneuriat ?

Je suis Sophie Bureau, fondatrice de la société de conseil, formation et coaching professionnel Eliantem.

Embauchée dans une Scop, j’ai eu la chance d’y travailler plus de 20 ans. J’ai exercé différentes missions dans les services commerciaux, marketing, direction générale, et surtout ressources humaines. C’est une formidable expérience de participer à la transformation d’une TPE en un grand groupe de l’Economie Sociale et Solidaire. J’y ai découvert l’engagement, une façon de travailler ensemble dans le respect de l’individuel pour la réussite collective.

Décrivez-nous votre activité.

Femme engagée dans mon travail, dans les milieux associatifs ou au sein de ma commune, j’ai eu envie en 2017 de prendre un nouveau virage. J’ai complété mes compétences de spécialiste du dialogue social, d’animatrice et de formatrice en me formant au coaching à HEC. Aujourd’hui, c’est en tant qu’indépendante que je propose aux entreprises et organisations, un accompagnement en coaching individuel ou collectif. Il n’est jamais trop tard pour accomplir ses rêves !

Quelle a été votre expérience avec Poussin Communication ?

Poussin Communication m’a permis de trouver le nom de mon entreprise, d’affiner mes cibles, de mieux comprendre quelles étaient mes forces et mes différences, de les mettre en valeur avec des textes et des images efficaces et compréhensibles pour tous, dans une documentation papier et web. Tout ce travail a servi de base pour mon site internet, et je m’en sers aujourd’hui pour mes présentations en entreprise ou sur les réseaux. Un gain de temps inestimable.

Quels sont selon vous les deux éléments essentiels d’une bonne communication ?

La sincérité et la fréquence. Nos prospects et nos clients méritent qu’on les informe le plus sincèrement possible sur nos offres et qu’on les adapte à leur besoin réel. Il est important de garder un lien régulier avec eux, et pas seulement quand on souhaite leur vendre quelque chose ! Être partenaire, plutôt que prestataire, en nous intéressant réellement à eux, surtout dans les moments difficiles.

Comment vivez-vous la crise sanitaire du covid-19 ?

Au départ pas très bien car je venais de créer mon entreprise. Mais j’en ai profité pour faire des formations, un temps que je n’aurai pas pris autrement, et pour tester de nouvelles cibles. J’ai la chance de faire partie de la fédération de coachs EMCC, qui propose un accompagnement de qualité. Aujourd’hui mon activité s’oriente vers l’accompagnement au changement, pour les dirigeants et leurs équipes, afin de passer au mieux cette période de turbulence.

Quel conseil donneriez-vous à un entrepreneur pour réussir à passer le cap de la crise sanitaire ?

Le plus important est de s’entourer, en interne et en externe. Dans les coachings d’équipe de direction que je réalise en ce moment, les collaborateurs commencent par exprimer leurs craintes, leurs difficultés, avant de parler de leurs aspirations. En découvrant que tous sont touchés, ils mesurent la solidarité qu’ils peuvent trouver au sein même de leur équipe. Cela les rend plus forts, pour aujourd’hui et pour demain.

Il est primordial pour le dirigeant de discuter avec d’autres entrepreneurs. A travers les syndicats de branche, les comptables, les réseaux, les clubs, l’échange permet de trouver des solutions et surtout de ne pas se sentir seul par rapport aux difficultés rencontrées.

C’est aussi un moment pour envisager l’évolution de son produit, repenser sa vision.